STRATEGIE ENERGETIQUE. UN OUTIL PRAGMATIQUE

La stratégie énergétique 2050 pour laquelle nous sommes appelés à nous rendre aux urnes dans quelques semaines représente pour les Verts un minimum du point de vue de la protection de l’environnement pour nous-mêmes et nos descendants. Les campagnes récentes ont montré que certaines forces s’opposent par principe à tout ce qui peut rendre nos sociétés un peu plus durables. Par conséquent, nous ne sommes pas tellement surpris des mensonges proférés par les adversaires du changement. On doit toutefois malgré tout s’étonner de la courte vue de certains qui prônent l’indépendance de notre pays ou la santé de son économie, et qui foulent ici leurs propres principes.

Les Verts sont nés avec le mouvement anti-nucléaire. Le tournant énergétique a toujours fait partie de leurs revendications-clés, en témoigne son programme de 1991 : « A long terme, notre consommation d’énergie devra être totalement couverte par les énergies renouvelables. » La Stratégie énergétique 2050 fait un pas important dans cette direction. Grâce à elle, la Suisse emprunte définitivement la voie que les Verts défendent depuis leur origine.

L’énergie la plus écologique est celle que l’on ne consomme pas. Ainsi, la 1re démarche du tournant énergétique est de réduire la consommation en économisant de l’énergie et en augmentant l’efficacité. A cet égard, la Stratégie énergétique prévoit entre autres les mesures suivantes, favorables au climat :

– une plus grande partie de la taxe CO2 ira au Programme Bâtiments, ce qui le consolide.

– les prescriptions relatives aux émissions de CO2 seront renforcées, car le trafic est responsable de plus d’un tiers de la consommation totale d’énergie et des émissions CO2 en Suisse.

Tirer notre énergie de ressources telles que l’uranium, le pétrole, le gaz ou le charbon n’est pas durable car ces ressources sont non seulement limitées mais représentent une menace pour la population, la nature et le climat lorsqu’on les extrait et en tire de l’énergie ainsi que via leurs déchets nucléaires ou émissions CO2. C’est pourquoi l’approvisionnement doit être 100% renouvelable.

La Stratégie énergétique donne un nouvel essor aux énergies renouvelables, car elle fait par exemple passer le supplément maximal perçu sur le réseau pour encourager les renouvelables de 1,5 centime par kwh à 2,3. On pourra ainsi encourager davantage d’installations (actuellement plus de 30’000 installations sont sur une liste d’attente) via la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) et les contributions aux investissements.

Les centrales nucléaires sont dangereuses : on le savait avant Fukushima. Le problème des déchets nucléaires reste entier partout dans le monde. De plus, l’uranium est extrait dans des conditions inhumaines. La Stratégie énergétique est un premier pas important vers la sortie complète du nucléaire. Pour rappel, l’initiative des Verts votée à l’automne 2016 a été acceptée par près de 47 % des votants.